Lady Helen et le Club des mauvais jours, #1, d'Allison Goodman

by - 07:00


Éditions Gallimard jeunesse 
Paru en 2015 
562 Pages

Synopsis : Londres. Avril 1812... Lady Helen Wrexhall s'apprête à faire son entrée dans le monde. Bientôt, elle sera prise dans le tourbillon des bals avec l'espoir de faire un beau mariage. Mais une bonne de la maison disparaît, des meurtres sanglants sont commis et Helen fait la connaissance de lord Carlston, un homme à la réputation sulfureuse. Il appartient au Club des mauvais jours, une police secrète chargée de combattre des démons qui ont infiltré toutes les couches de la société.  Lady Helen est dotée d'étranges pouvoirs, mais acceptera-t-elle de renoncer à une vie faite de privilèges et d'insouciance pour basculer dans un monde terrifiant ? !

  
Lady Helen et le club des mauvais jours commence par nous présenter une héroïne proche de celles que l’on rencontre chez Jane Austen : une jeune femme douce, patiente, intelligente mais confronté à un choix crucial : celui de son futur mari. Elle vit chez son oncle et sa tante, ses parents étant décédés quelques années auparavant. 

Or, Lady Helen découvre rapidement qu’il se trame des choses étranges dans sa demeure et commence à mener l’enquête. Dès lors, on découvre la « face cachée » de la vie londonienne et des nobles anglais. Lady Helen se découvre des pouvoirs cachés mais découvre également que ses parents ne sont peut-être pas ceux que l’on croit. À partir de ce moment de l’intrigue, tout s’enchaîne et on prend véritablement goût à cette lecture. Cependant, j’ai regretté la longueur du roman : j’ai adhéré dès le début de l’histoire à la vie de Lady Helen et à son caractère mais l’intrigue ne commence véritablement qu’au bout d’une centaine de pages. Autant dire que c’est très très long ! 


J’ai détesté cette longueur et cette langueur qui apparaît tout au long du roman : les choses ne sont jamais dites explicitement, les double-sens sont présents continuellement et on ne voit jamais véritablement le bout du tunnel. Un roman certes passionnant mais j’aurais aimé rencontré l’action bien plus tôt ! 

Cela étant, les aventures de Lady Helen et son entrée magistrale dans le Club des Mauvais jours sont stupéfiantes : on découvre une strate de la société et du monde totalement inconnue, faite de mystères, de secrets et de rites occultes. Mais on découvre aussi les travers du monde, leur laideur, et la douleur qu’ils peuvent apporter. Finalement, c’est un peu un roman initiatique, aussi bien pour Lady Helen que pour le lecteur : Lady Helen murit au fur et à mesure que le roman progresse et s’épanouie, s’assume davantage, jusqu’à devenir une femme. Mais cela ne se fait pas sans heurt et c’est ce que j’ai adoré : face à un monde totalement différent du sien, Lady Helen ne saute pas derechef de joie, mais prend le temps de considérer les pour et les contre, de comprendre ce qui se passe, et de savoir comment elle peut y remédier, ou trouver un juste milieu. 

J’ai aimé le personnage de Lady Helen mais j’ai cependant — et comme dans Orgueil et préjugés — eu plus de mal avec Lord Carlston, un homme que j’ai trouvé froid, distant, peu sympathique et sa relation avec Lady Helen n’a commencé à me convaincre que dans les dernières pages du roman. En revanche, la tante de Lady Helen et son oncle m’a paru d’un réalisme troublant. De fait, Allison Goodman arrive à entremêler fiction (et presque horreur) et moeurs exacts d’une société, dans un contexte fort particulier, ce qui permet d’appréhender plus facilement le récit

Les développements de l’histoire sont ingénieusement menés, on voit les rouages se mettre en place ; mais encore une fois, j’ai trouvé qu’il y avait beaucoup de langueur dans ce roman, et que les ellipses étaient beaucoup trop présentes. 

Néanmoins, la fin de ce roman m’a intriguée et je lirais peut-être la suite mais ce n’est pas sur. 

— POUR RÉSUMER — 

Un premier roman plein de rebondissements et une héroïne attachante et réaliste ; un univers passionnant et intrigant mais un roman qui est parfois un peu trop long et comporte de trop nombreuses ellipses à mon goût. 



You May Also Like

1 commentaires

  1. J'avais beaucoup aimé ce premier tome, malgré des longueurs :) D'ailleurs, j'ai le tome deux qu'il faudrait que je lise !

    RépondreSupprimer