Knock, de Lorraine Levy

by - 07:00


Réalisé par Lorraine Levy, 
Sorti le 18 octobre 2017 
Avec : Omar Sy, Alex Lutz, ... 
Durée : 1h53 minutes 


Synopsis : Knock, un ex-filou repenti devenu médecin diplômé, arrive dans le petit village de Saint-Maurice pour appliquer une "méthode" destinée à faire sa fortune : il va convaincre la population que tout bien portant est un malade qui s'ignore. Et pour cela, trouver à chacun la maladie réelle ou imaginaire dont il souffre. Passé maitre dans l'art de la séduction et de la manipulation, Knock est sur le point de parvenir à ses fins. Mais il est rattrapé par deux choses qu'il n'avait pas prévues : les sentiments du coeur et un sombre individu issu de son passé venu le faire chanter.

Qu’en ai-je pensé ? 

Je dois avouer que je ne suis pas très fan d’Omar Sy : j’ai vu quelques-uns de ses films, et notamment le fameux Intouchables, que j’avais trouvé sympathique mais sans pour autant avoir de coup de coeur. Alors quand j’ai vu Knock et sa bande-annonce, je me suis dit que ça pouvait être l’occasion de voir si les comédies au sein desquelles Omar Sy jouent me plaisait ou pas.

L’intrigue commence sur les quais, alors que Knock tente d’échapper à ses créanciers et s’embarque alors sur un bateau en temps que médecin. Très vite, il découvre qu’on peut facilement embobiner les gens rien qu’en portant une tenue de praticien. Il commence alors ses études, obtient son diplôme et au bout de cinq années, finit par s’établir dans le petit village de Saint-Maurice. 

Dès le début du film, on comprend que l’intérêt de Knock se trouve davantage dans la finance que dans la médecine. Pour lui, « tout homme bien portant est un malade qui s’ignore ». Il met alors au point une combine très simple : pousser les gens à croire qu’ils sont malades, l’agricultrice tombe dans le panneau, le facteur également, l’instituteur aussi et très vite, c’est tout le canton qui est pris de « maladies imaginaires ».

J’ai beaucoup aimé la façon dont Knock entourloupe les gens : il n’hésite pas à prononcer les pires diagnostiques pour les faire sauter au plafond et profite de cela pour engranger des sommes faramineuses. Cependant, j’ai trouvé qu’il y avait parfois beaucoup trop de caricatures : les personnages sont poussés à l’extrême, de l’agricultrice qui maltraite presque son employée à la pharmacienne à moitié nymphomane. 
Cependant, cela crée une bonne dynamique qui laisse place à un film joyeux, attendrissant et laisse apparaître le meilleur de Knock  Amour et amitié se lient et on voit les personnages devenir heureux et se redécouvrir les uns les autresKnock se lit avec cette communauté et finit par devenir l’un des piliers de ce petit village isolé et qui ne demande qu’à être lié par une personnalité forte. 

A l’instar des autres personnages, Knock évolue lui aussi et devient un homme admirable. Néanmoins, la comédie ne tourne pas qu’autour de cela et on sent le drame arriver grâce à des éléments qui s’accumulent et qui font grimper la tension du film. Les déconvenues arrivent et Knock tente tant bien que mal de repousser les drames en vain. 

J’ai adoré ce film et sa fin joyeuse, douce, presque trop humaine pour être vraie. Mais en dépit des nombreuses caricatures et des blagues parfois trop poussées, j’ai beaucoup aimé voir Knock.


Et vous ? L’avez-vous vu ? 
Tenté(e) par ce film ? 

A bientôt, 
Julie.

You May Also Like

0 commentaires