La servante écarlate, de Margaret Atwood

by - 07:00



Paru en 2005
Editions Robert Laffont
Format Ebook 

 Synopsis : Dans un futur peut-être proche, dans des lieux qui semblent familiers, l'Ordre a été restauré. L'Etat, avec le soutien de sa milice d'Anges noirs, applique à la lettre les préceptes d'un Evangile revisité. Dans cette société régie par l'oppression, sous couvert de protéger les femmes, la maternité est réservée à la caste des Servantes, tout de rouge vêtues. L'une d'elle raconte son quotidien de douleur, d'angoisse et de soumission. Son seul refuge, ce sont les souvenirs d'une vie révolue, d'un temps où elle était libre, où elle avait encore un nom …  
       J'ai commencé à m'intéresser à la Servante Ecarlate car j'ai entendu parler de la série et je voulais me faire une opinion sur le livre avant de voir la série. D'autant plus que la thématique dystopique m'intéresse beaucoup, j'ai donc commencé La servante écarlate avec beaucoup de curiosité. 
        Au début du roman, on est plongé dans les pensée d'une servante écarlate, autrement dit une femme destinée à la procréation suite à un "burn-out" de la société qui a poussé les États-Unis à adopter une politique quelque peu extrémiste au sein de laquelle la procréation et la survie de l'espèce humaine est essentielle. 

       J'ai eu un peu de mal à rentrer dans l'histoire car la pensée du personnage principal nous est livré de façon impersonnelle : on a l'impression qu'elle nous raconte une histoire mais est en même temps détachée de cette dernière, presque comme si elle vivait sans vraiment vivre et cela m'a un peu troublé. 

      On comprend très vite que c'est une façon de se protéger, d'oublier les horreurs du passé et les fantômes qui la tourmente. Mais j'ai été un peu déçue de ne pas en savoir davantage dès le début : on vit l'histoire presque à rebours et on espère dans chaque chapitre en savoir plus sur ce qui a conduit le monde à de telles extrémités

       Les personnages principaux vont et viennent au fil des pages et chacun remplit une fonction particulière : il y a la servante écarlate, la Femme du Commandant et le Commandant lui-même. J'avoue ne pas avoir véritablement compris et ne pas avoir été attirée par ce trio pourtant intéressant mais qui ne m'a pas touchée : trop de haine et de ressentiment, mêlés à un espoir qui semble ne jamais se concrétiser.

         Ce qui m'a finalement attiré est l'histoire passée, ce qui s'est passé avant la dystopie et l'évolution du monde depuis son retournement. On découvre une société annihilée par la pollution, avec un taux de fécondité bas, et on se demande alors s'il est possible que cela nous arrive à nous aussi : dans un monde de plus en plus pollué, combien de temps avant qu'on ne soit nous aussi poussés à de telles extrémités ? 

      La servante écarlate est un roman qui m'a davantage touchée par l'aspect réflexif qu'il comporte que par l'histoire des personnages principaux et secondaires, qui m'ont laissée de marbre, sans doute à cause de cette distance que semble prendre le personnage principal face au reste du monde et face à sa propre histoire. Si les intrigues secondaires étaient intéressantes, j'ai regretté qu'elles n'aient pas davantage de place et qu'elles n'apparaissent véritablement qu'à la toute fin du roman. De même, on ne saura jamais comment l'héroïne finit et j'ai trouvé que ce roman coupait l'herbe sous le pied du lecteur en ne lui laissant jamais vraiment le droit de savoir exactement ce qui se passe, pourquoi et comment. 


       La servante écarlate est un roman intéressant mais qui ne m'a pas séduite : des voix impersonnelles, des destins peu entremêlées et une fin un peu décevante et trop ouverte ! 

Et vous ? L'avez-vous lu ? Qu'en avez-vous pensé ? 
Tenté(e) par ce roman ? 



Julie. 

You May Also Like

0 commentaires