Au revoir là-haut, d'Albert Dupontel (Film, 2017)

by - 07:00





Réalisé par Albert Dupontel
Sorti le 25 octobre 2017 
Avec : Nahuel Perez Biscayart, Albert Dupontel ... 
Durée : 1h57 minutes 


Synopsis : Novembre 1919. Deux rescapés des tranchées, l'un dessinateur de génie, l'autre modeste comptable, décident de monter une arnaque aux monuments aux morts. Dans la France des années folles, l'entreprise va se révéler aussi dangereuse que spectaculaire..

Qu’en ai-je pensé ? 

J’ai été voir Au revoir là-haut  il y a quelques semaines déjà mais j’ai eu besoin de temps pour écrire ma chronique : Au revoir là-haut est un film qui emplit le spectateur d’émotions et d’incertitude du début à la fin et de fait, il procure une impression étrange. Pourquoi ?

Je vous avouerai que dès le début du film, on sent que quelque chose va arriver et que ça ne va pas être beau : les deux héros sont dans une tranchée, en plein milieu de la guerre, et sont guidés par un chef légèrement psychopathe (non, en fait, totalement cinglé soyons honnête). Forcés malgré eux, ils finissent sur le champ de bataille, l’un des deux est gravement touché … et défiguré à vie. 

Au revoir là-haut aborde une thématique bien particulière et qui est peu évoquée : celle des « gueules cassées », de ces hommes défigurés par les balles, les éclats d’obus et autres atrocités. Comment vivre lorsqu’on est plus que le fantôme de soi-même, aussi bien physiquement que psychologiquement ? Que faire quand on rentre dans un monde totalement différent de celui qu’on a quitté et qu’on est bloqué dans son pire cauchemar ? Le héros de l’histoire, Edouard Péricourt, est en effet défiguré par la guerre : plus de bouche, plus de dents, mais un gouffre à la place qui le force à s’alimenter par injection de nourriture broyée, plus de possibilité de parler, … Bref, une vie peu réjouissante. 



On suit ainsi Edouard et son acolyte Albert Maillard dans les premiers mois de leur réinsertion dans la société, mais tout est plus compliqué pour Edouard. De fil en aiguille, les deux comparses ont une idée folle : créer une arnaque aux monuments aux morts, puis, une fois la somme engrangée, filer au soleil ! 

Un plan somme toute intéressant mais les deux anciens soldats vont affronter toute sorte de problèmes avant de parvenir à leurs fins. J’ai beaucoup aimé ces deux personnages, Edouard et Albert, même si Edouard est un peu caractériel, peu facile à comprendre et profondément blessé. Grâce au soutien qu’une jeune fille, il parvient petit à petit à sortir du gouffre dans lequel la guerre l’a plongé. 



Tout au long du film, on voit les liens entre les personnages s’approfondir et on apprend à les aimer : j’ai adoré l’espièglerie d’Edouard, toujours prêt à faire des blagues, à rire et à se jeter à corps perdu dans son projet. Mais malgré tout, c’est Albert qui m’a le plus touchée : c’est un personnage mature, mais aussi prêt à tout pour sauver son ami et c’est ce que j’ai le plus apprécié. Finalement, on observe une belle concoction de personnages, tous différents les uns des autres : les méchants s’attendrissent (ou prennent une raclée) et  une folle épopée commence alors. Chaque personnage finit par y trouver ce qu’il cherchait ou méritait et il est amusant de voir que, malgré ses difficultés face au monde extérieur, Edouard donne à chacun ce dont il a besoin pour passer un cap difficile.



Au revoir là-haut est un film émouvant, d’une tristesse infinie et qui pourtant est drôle, attachant et fait autant rire que pleurer. 




Et vous ? L’avez-vous vu ? 
Tenté(e) par ce film ? 

A bientôt, 


Julie.

You May Also Like

0 commentaires